Cameroun : La décentralisation au cœur des préoccupations gouvernementales

Les Assises générales de la commune qui se déroulent du 6 au 7 décembre 2019 dans le pays visent à améliorer l’organisation et le fonctionnement des collectivités territoriales, afin renforcer la participation citoyenne et promouvoir le développement locale. 

Depuis son institution dans la constitution de janvier 1996, le processus de décentralisation qui vise à associer de manière plus étroite les populations camerounaise dans la gestion de leurs localités, connait des lourdeurs quant à son implémentation sur le terrain. Entre autres blocages, le retard constaté dans le transfert aux collectivités territoriales par l’Etat, des compétences dans les matières nécessaires à leur développement économique, social, sanitaire, éducatif, culturel et sportif.

Avec la création en mars 2018 du Ministère de la Décentralisation et du développement local, le processus de décentration connait une impulsion nouvelle au Cameroun. Sur le plan financier, l’enveloppe de dotation générale de décentralisation initialement fixée à 10 milliards de Francs Cfa en 2010, est passée à 36 milliards de Francs Cfa pour l’ensemble des 360 communes du pays en 2019, soit 100 millions de Franca Cfa par entité. Une augmentation est d’ailleurs prévue en fonction des résultats obtenus. En outre, les salaires des maires seront désormais payés sur une base régulière, à la seule condition que ces derniers résident sur les territoires des communes.

C’est donc dans le but d’accélérer ce processus de décentralisation mis en place il y a une vingtaine d’années dans le pays, que le Chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, a instruit la tenue des toutes premières Assises générales de la commune. La rencontre de deux jours ouverte le 6 février 2019 à Yaoundé connait la participation de près de 600 acteurs issus des dix régions du Cameroun (maires, délégués du gouvernement, conseillers municipaux, représentants communaux, parlementaires, magistrats de juridictions administratives, départements ministériels, autorités administratives et traditionnelles, partenaires au développement, opérateurs économiques, universitaires, organisations de la société civile…)

D’après le ministre camerounais de la Décentralisation et du développement local (Minddel), Georges Elanga Obam, les travaux ouvert par le Premier ministre Dion John Ngute, s’inscrivent dans « le cadre du chantier d’approfondissement et d’accélération du processus de décentralisation (…) Il s’agit de dresser l’état des lieux de l’institution communale, en vue d’insuffler dans une approche participative et concertée, une nouvelle dynamique en matière de fonctionnement et conservation des communes urbaines ».

Les travaux divisés en cinq ateliers thématiques devront permettre au final, de formuler des propositions réalistes pour l’amélioration de l’organisation et du fonctionnement de l’institution communale, afin qu’elle déploie tout son potentiel pour les meilleurs conditions de vie des populations.

Par Joseph Samuel Zoé