Afrique centrale: La Cemac dont hérite Paul Biya

 Au terme de la 14ème session de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac) tenue hier dimanche à Ndjamena, le président tchadien Idriss Deby, a passé le temoin à son homologue Paul Biya du Cameroun.

Les Chefs d’Etats du Congo Brazzaville, de la République centrafricaine (RCA) ainsi que les chefs de gouvernement du Cameroun, du Gabon et de Guinée Equatoriale ont rejoint la capitale Tchadienne le weekend dernier pour 14ème   session  ordinaire de la Cemac.  La rencontre avait pour but d’évaluer un certain nombre de décisions prises en octobre dernier et  faire une mutualisation des forces pour affronter les défis économiques, politiques et sécuritaires de l’heure

Le présent sommet  intervient dans un contexte marqué par la reprise de la croissance économique à la zone estimée à 3% en 2019 par la BEAC, contrairement à la précédente année qui prévoyait   1,9%.

Sur le plan politique, le Gabon et la RCA sont les pays les plus préoccupant. On s’en souvient que c’est au lendemain du sommet extraordinaire d’octobre 2018 que le président gabonais Ali Bongo Ondimba, a été victime d’un AVC qui l’a obligé à être hors du palais du bord de Mer pendant de longs mois. Même s’il a regagné son pays le weekend dernier, il n’est pas encore complètement rétabli. Cette situation a plongé le pays dans une incertitude au sommet de l’Etat, occasionnant même un coup d’Etat qui a fort heureusement échoué.

  De l’autre côté, la RCA elle aussi connait des déboires dans la conduite de son processus de paix avec les rebelles. Après l’accord de Khartoum en février dernier ayant abouti à la formation d’un gouvernement d’union nationale, la plupart des groupes rebelles ont dit ne pas se reconnaitre dans ce gouvernement et ont repris leurs activités qui ont conduit à une paralysie des échanges économiques sur le corridor Douala – Bangui, immobilisant ainsi plusieurs milliers de containers à Garoua Boulai, ville frontalière du Cameroun pour cause d’insécurité.

Outre cela, la plupart de ces pays subissent une récession économique beaucoup plus prononcée en Guinée Equatoriale et au Congo, du fait de la chute des matières premières, notamment du pétrole. De plus, très peu ont diversifié leur économie pour ne pas toujours être dépendants du brut. Cette situation fait craindre outre une récession économique plus sévère, mais aussi une dévaluation du FCFA, monnaie, commune à ces six Etats d’Afrique Centrale.

Pour y remédier, les pays membres ont tenu à  orienter leur politique économique sur la solidarité entre États membres, à l’accélération et àl’aboutissement des négociations pour les programmes du Congo et de la Guinée Equatoriale avec le FMI. Pour ce qui est du rapatriement des recettes d’exportation en particulier des grandes entreprises, le sommet a donné mission à la Commission de la CEMAC de défendre la position commune et solidaire des six Etats membres afin d’amener ceux-ci à respecter strictement la réglementation des changes en vigueur.

Sur le plan politique, les membres participants à cette session ont salué le retour au Gabon du président gabonais et félicité le président Archange Touadera pour l’accord de paix de Khartoum.

Cette Session marquait  aussi la fin du mandat du président Tchadien à la tête de la Cemac. Ce dernier a passé le témoin  à son homologue Paul Biya du Cameroun, représenté par son premier Ministre Joseph Dion Ngute.

Par Simon Metsengue