Industrie agroalimentaire : Le GIE Madika promeut le made in Cameroon

Ce collectif d’opérateurs économiques du secteur rural entend œuvrer au quotidien, pour défendre le savoir-faire camerounais.

L’ouverture officielle de la deuxième édition de la foire Madika destinée à promouvoir les produits agroalimentaires made in Cameroon s’est déroulée ce 8 mai au siège de la Chambre d’agriculture, des pêches, de l’élevage et des forêts du Cameroun (Capef) en présence de plusieurs membres du gouvernement. En effet, les présences très remarquées du ministre de l’Agriculture et du développement rural (Minader) Gabriel Mbairobe, celui de l’Elevage, des pêches et des industries animales (Minpia) Dr Taïga, leur collègue du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana et enfin la patronne du département en charge de la Promotion de la femme et de la famille, Marie Thérèse Abena Ondoa, témoignent de l’importance que l’Etat du Cameroun attache au développement de la transformation locale.

A travers la promotion du made in Cameroon, la première économie d’Afrique centrale entend de ce fait réduire de manière conséquente, les importations massives de produits alimentaires de grande consommation et des matières premières pour les industries agroalimentaires, qui contribuent à creuser d’avantage le déficit de sa balance commerciale. C’est dans ce sens que la Capef, une institution consulaire qui intervient l’animation et la structuration  des acteurs du monde rural pour professionnaliser les filières agricoles, a jugé bon d’accompagner la foire Madika. Et comme le pense d’ailleurs Moussa Koue, son président, « cette innovation peut être un élément essentiel pour l’atteinte de l’émergence à l’horizon 2035, où la transformation des produits agricoles es une priorité ans la perspective du développement des chaines de valeur ».

Mais avant, il faudra surmonter les nombreux obstacles qui se dressent sur la voie du made in Cameroon. L’on peut citer entre autres : le manque de semences de qualité ; l’absence de subventions pour les grandes exploitations agricoles modernes ; les coûts élevés de l’importation des emballages ; l’absence des lois et règlements pour protéger la production locale ; l’insuffisance d’espaces pour l’installation des magasins made in Cameroon.

GIE Madika à la rescousse

Malgré toutes ces difficultés, le Groupement d’intérêt économique (GIE) Madika n’entend pas baisser les bras. « Par la qualité des produits qui sont présentés à cette exposition, nous voulons démontrer  notre volonté de promouvoir le patriotisme économique et présenter la transformation agroalimentaire comme principale opportunité à saisir pour aller vers l’émergence de notre beau pays », a lancé à ce sujet sa présidente Elissar Mbang Ekoutou.

Portée par la Capef, le GIE Madika est une initiative privée qui regroupe un collectif d’opérateurs économiques du secteur rural qui œuvre au quotidien, pour défendre le savoir-faire camerounais. Il est composé essentiellement d’une soixantaine de chefs d’entreprises et a pour principales missions : promouvoir la mis en place d’un réseau de magasins de proximité qui commercialisent des produits locaux ; construire des labels de qualité qui renforcent la compétitivité des filières agricoles ; promouvoir la création d’entreprise qui valorisent la matière première locale, contribuer au changement des habitudes alimentaires.

Par Joseph Samuel Zoé