Littérature : Le Prix Grand Atlas décerné à Asma Lamrabet

La Marocaine a été récompensée le 3 novembre 2017 grâce à son ouvrage intitulé « Islam et femmes, les questions qui fâchent ».

C’est la Bibliothèque nationale du Royaume qui a servi à la consécration de l’écrivaine Asma Lamrabet lors de la 24ème Prix Grand Atlas.  Selon Leïla Slimani, romancière par ailleurs présidente du jury, ce sacre se justifie par la volonté du jury à  « saluer la rigueur et la pertinence de la recherche », notant que ce livre, non seulement didactique et surtout bien construit, pose des questions essentielles et actuelle de la condition féminine dans la religion islamique tout en  remettant en cause un certain nombre d’évidences et de clichés « qu’il nous parait salvateur de déconstruire », a-t-elle rajouté.

L’écrivaine franco-marocaine par ailleurs journaliste n’est pas à sa première récompense. L’on se souvient qu’en 2016,  elle remportait le Prix Goncourt 2016 avec son roman « Chanson douce ». Pour les membres du jury, ce prix est une récompense pour son courage et ses prises de position exposés dans un style direct et franc.

Entre autre prix décerné à l’occasion de cette 24e édition du Prix Grand Atlas, le prix spécial du jury. Il a été attribué au journaliste Hicham Houdaifa pour son livre « Extrémisme religieux: Plongée dans les milieux radicaux au Maroc ». Une récompense qui met en avant à en croire la présidente du jury, un travail de reportage de terrain qui fait honneur au journalisme et qui touche à des questions essentielles qui ont une conséquence directe dans la vie des citoyennes et des citoyens marocains.

 Par Nathalie Kédé