Economie : La Banque mondiale mise sur l’élevage et la pêche en Ethiopie

Un crédit  de 170 millions de dollars vient d’être accordé au gouvernement par l’institution de Bretton Woods pour améliorer le potentiel de ce secteur.

L’Association pour le développement international (IDA) de la Banque mondiale a octroyé 170 millions de dollars pour le développement de l’élevage et la pêche en Ethiopie. Cette enveloppe sera destinée à soutenir la contribution, à l’économie du pays, des secteurs de l’élevage et des pêcheries.

« Ce projet accompagnera les petits exploitants dans l’accroissement de leur productivité et l’amélioration de la commercialisation de leurs produits. Spécifiquement, les agriculteurs situés dans les régions à haut potentiel et engagés dans la production et la transformation du lait, de la volaille, de la viande rouge et du poisson vont bénéficier de connaissances essentielles, de services et de l’accès aux marchés », a expliqué François Le Gall, spécialiste principal de l’agriculture pour la Banque mondiale.

Pour l’institution de Bretton Wood, citant les autorités du pays, l’élevage et les pêcheries sont non seulement  des secteurs clés pouvant permettre à l’Ethiopie d’atteindre le statut de pays à revenus intermédiaires, mais aussi des secteurs  qui figurent  parmi les priorités de croissance écologique du pays.

Les 170 millions de dollars versés par l’IDA, iront directement au Projet de développement des secteurs de la pêche et de l’élevage (Livestock and Fisheries Sector Development, Project-LFSDP). Cette  initiative  sera exécutée dans 58 districts (woredas) répartis dans 6 régions du pays que sont Tigré, Amhara, Oromia, Gambella, Benishangul-Gumuz et la Région des nations, nationalités et peuples du Sud.

Les productions en élevage et en  pêche en Ethiopie constituent plus 20% du PIB du pays. Addis-Abeba qui est l’un des plus grands producteurs de bétail d’Afrique compte près de 90 millions animaux d’élevage.

Par Joseph Essama