Bdeac: 60 milliards pour soutenir le Cameroun et la Guinée équatoriale

Débloquée par la Banque de développement de l’Afrique centrale, cette enveloppe est destinée à financer les projets socioéconomiques dans les deux pays bénéficiaires.

Tenue à Brazzaville (Congo) le 28 juin dernier, la deuxième session du Conseil d’administration de la Banque de développement de l’Afrique centrale (BDEAC) a approuvé le déblocage de 60 milliards de FCFA pour le financement des projets socioéconomiques au Cameroun et en Guinée équatoriale.
Selon le communiqué publié à l’issue du Conseil, le Cameroun aura droit à 57 milliards de cette enveloppe, tandis que les 3 milliards restants seront accordés à la Guinée équatoriale.

Au Cameroun, l’appui financier de l’institution bancaire sous régionale servira notamment à financer des infrastructures routières et à booster l’exploitation industrielle du cacao.
En Guinée, l’enveloppe est destinée au financement des projets dans les domaines de l’éducation et de l’agro-industrie. Ces décaissements de la BDEAC s’inscrivent dans sa logique d’accompagnement et de facilité d’accès aux crédits des petites et moyennes entreprises (PME) de la région, ce au vu de la conjoncture économique actuelle dans la région.

Aide conditionnée

Néanmoins, l’octroi de cet appui financier de la banque est soumis à certaines conditions. Notamment en ce qui concerne le respect des conditions exigées par la BDEAC comme l’a indiqué Fortunato Ofa Mbo Nchama, le président de la banque de développement. Il a d’ailleurs précisé que ce n’est qu’une fois ces conditions remplies qu’on pourra parler de décaissement de ces 60 milliards de FCFA.

Créée en 1975, la Banque de développement de l’Afrique centrale a pour mission principale de financer le développement de ses pays membres (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Tchad). La réunion du 28 juin dernier à Brazzaville a également permis d’examiner le rapport d’activités de l’exercice 2017 et de faire le point sur la convention qui doit être signée avec la Banque africaine d’import-export (AFREXIMBANK).
Cet accord doit permettre la mise à disposition de nouvelles ressources financières pour accompagner le Plan stratégique 2017-2022 de la BDEAC.

Par Ange Atangana