Révision constitutionnelle: Le Bénin doit passer par un référendum 

Après avoir voté pour la recevabilité de la proposition de loi portant amendement de révision de la Constitution béninoise, les députés béninois ont rejeté la possibilité de l’étude en plénière de la proposition de loi portant révision du texte fondamental.

Un référendum sera finalement organisé pour que le peuple béninois se prononce sur la révision de la Constitution du pays. C’est ce qu’a décidé la minorité parlementaire au terme du second vote qui s’est déroulé  à l’Assemblée nationale le jeudi 5 juillet 2018.

En effet, après la prise en compte par les 62 députés qui soutiennent officiellement le Chef de l’État béninois, Patrice Talon,  dans sa volonté de réviser la Constitution du Bénin, le second vote a donné le même résultat que le premier, soit 62 voix pour, 19 contre et une abstention.

Ainsi, la proportion des 4/5 (soit 66 députés) prévus par la Constitution n’a pas été obtenue pour donner carte blanche aux amendements apportés au nouveau texte. Un blocage qui va conduire le Bénin à l’organisation d’un référendum sur la question. Désormais, les regards seront tournés vers l’organisation de ce vote par le gouvernement de la « Rupture » et au peuple béninois d’en décider de son sort, en acceptant ou non la révision de la Constitution.

Pour rappel, ce sont les articles 15, 52, 53, 56, 80, 81, 99, 112, 131, 138, 156 et le titre VI de la loi 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin qui devraient être révisés si les 4/5 sur les 83 députés avaient voté pour. Ces textes concernent entre autres : les fonctions de président de la république et de ministre ; l’élection des députés à l’Assemblée nationale ; la loi des finances.

Par Adjaho Ofè S.