Afrique centrale : Le modèle d’austérité gabonais inspire le Congo

L’opposition congolaise a tenu un point de presse le samedi 7 juillet à Brazzaville pour inviter le gouvernement local à calquer les mesures drastiques observées au Gabon voisin.

Depuis plusieurs années, les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) sont frappés par une crise due à la chute des matières premières. Face à la récession observée ça et là, plusieurs mesures draconiennes sont énoncées pour redresser les économies des pays : réduction du train de vie de l’Etat, diminution des membres du gouvernement et autres personnels administratifs.

Alors que le gouvernement gabonais vient de procéder à la réduction du personnel dans différentes administrations, notamment à la Présidence et dans les Services du Premier Ministre (où plus de 50% du personnel a été réduit), l’opposition congolaise salue cette action et invite les autorités de Brazzaville à faire autant.

Lors d’un point de presse organisé à Brazzaville le 7 juillet dernier, l’opposition dite “républicaine” a exhorté le gouvernement à calquer le modèle congolais, demandant le passage aux actes comme le gouvernement lui même l’avait annoncé. Pour Pierre-Marie Pouélé, député du groupement de l’opposition, des mesures pareilles permettraient de réduire le train de vie de l’Etat et de lutter contre la corruption. Plus loin, l’élu pense qu’il faut y associer un mécanisme pour le rapatriement des fonds détournés à l’extérieur du pays.

Avec une économie fortement dépendante de l’exploitation des hydrocarbures, notamment le pétrole, le Congo subit depuis quelques années les conséquences dues aux fluctuations du baril sur le marché mondial. Comme la plupart des pays de la CEMAC, le pays a conclu un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) pour relancer son économie. Cet accord prévoit notamment des mesures drastiques qui permettront à la fois aux États de faire des économies et d’investir dans des projets rentables.

Par Ange Atangana