Gabon : La cure d’austérité fait jaser au sein de la fonction publique

Hier mercredi 11 juillet, la Centrale syndicale des fonctionnaires a organisé une Assemblée générale à Libreville, pour protester contre les mesures d’austérité initiées par les autorités pour réduire le train de vie de l’Etat.

Le gouvernement gabonais est déterminé à réduire le train de vie de l’Etat. Mais les leaders des syndicats, membres de la Dynamique unitaire n’entendent pas lui donner carte blanche. Hier mercredi 11 juillet, ils ont encore pourfendu cette initiative du gouvernement. C’était au cours d’une Assemblée générale des travailleurs qu’ils ont organisé à Libreville, la capitale du pays. Chacun à son tour a pu battre en brèche ce plan d’austérité du gouvernement qui irrite tous les fonctionnaires gabonais.

Pour Jean Remy Yama, président de la plus grande centrale syndicale des fonctionnaires, les 105.000 agents que compte la fonction publique gabonaise  doivent s’opposer avec vigueur à cette démarche du gouvernement. « Ils veulent utiliser la division en frappant d’abord ceux qui gagnent plus de 650.000 [francs CFA]. L’objectif, c’est de toucher tout le monde », a-t-il assené, avant de donner la parole à son camarade, M. Yama,  Maître-assistant à l’université Omar Bongo, qui n’est pas allé avec le dos de la cuillère. « Si le 25 [juillet, date prévue pour la mise en place de ces mesures gouvernementales – NDLR], tu tentes… alors là, tu nous trouves sur ton chemin ! », a-t-il averti d’un ton menaçant.

Cette mesure prévoit, une coupe salariale de 5 à 15% pour les agents du secteur public qui perçoivent plus de 650 000 francs CFA par mois, le gel des recrutements et des avancements durant 3 ans et surtout, à la mise sur bon de caisse des salaires des fonctionnaires dès ce 25 juillet.

Situation économique toujours difficile

Bien que les prévisions de croissance fassent état d’une projection à la hausse de l’ordre de 2,7% en 2018, la situation économique du Gabon reste inquiétante.  Le pays connait un manque de liquidités  et une impressionnante  montée du chômage chez les jeunes.

Depuis la chute des prix du pétrole en 2014, le pays tente tant bien que mal de diversifier son économie, mais la situation économique reste très délicate. Les Gabonais espèrent, qu’avec les initiatives lancées par le gouvernement, et avec l’optimisme du Fonds monétaire international (FMI), le pays pourra opérer un retournement de tendance.

Par Joseph Essama