Curiosité : A la découverte de l’Ordre souverain de Malte

La visite officielle qu’effectue actuellement le Grand maître de l’Ordre souverain de Malte au Cameroun est l’occasion de différencier cette entité aux origines religieuses, et donc dépendante du Vatican, de la République de Malte dirigée par un président.

Du 16 au 19 juillet, le Cameroun accueille un illustre hôte sur son sol. En effet, Fra Giancomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto, Grand maître de l’Ordre souverain de Malte est en visite dans le pays où il a déjà rencontré hier mardi, le président Paul Biya et a reçu deux distinctions honorifiques. Le chef spirituel a été élevé à la dignité de Grand-croix de l’ordre national de la Valeur par le chef de l’Etat camerounais. Ensuite, l’hôte du Cameroun a reçu le titre de docteur honoris causa au cours d’un cérémonial à l’Université de Yaoundé I à Ngoa-Ekélé.

Comme tout dirigeant, le Grand maître de l’Ordre souverain de Malte a droit à tous les égards dus à sa fonction. Quoique, contrairement à Malte, qui est une république indépendante depuis septembre 1964, l’Ordre souverain de Rhodes et de Malte est considérée comme une institution de l’Eglise catholique romaine.

 En effet, le Grand maître, qui est élu à vie pour diriger cet ordre religieux, a rang de cardinal au sein de l’Eglise. Même si ses statuts juridiques datent de 1961, l’Ordre de Malte est incardiné au Vatican depuis 1953.

Prépondérance de l’Eglise

De ce fait, l’Eglise peut s’immiscer dans les affaires de l’ordre en cas de crise. Cela a déjà été le cas en janvier 2017, lorsque le Saint-Siège avait poussé à la démission de l’ancien Grand maître Fra Matthew Festing, accusé d’avoir favorisé la distribution des préservatifs en Birmanie pour éviter la propagation du VIH. L’Eglise catholique s’est toujours opposée à l’utilisation des moyens de contraception et prône la fidélité conjugale comme meilleur moyen de lutte contre les maladies sexuelles.

Charité

Autrefois militaires, les missions de l’Ordre souverain de Malte sont aujourd’hui essentiellement hospitalières, caritatives et humanitaires, voire de secourisme en cas de catastrophe. Au Cameroun, l’Ordre a fait don de l’hôpital de Saint-Jean de Malte à Njombé dans la région du Littoral. Il assure également la prise en charge de la léproserie dans la région de l’Extrême-Nord  et le suivi chirurgical des lépreux à Nyamsong dans le Centre.

A l’international, son savoir-faire est notamment reconnu dans la lutte des maladies telles que la lèpre. Cette entité religieuse est souvent sollicitée pour des missions humanitaires permanentes comme en 1969 lors de la guerre du Biafra et en 2001 après le tremblement de terre au Pérou.

L’Ordre souverain de Malte est considéré comme l’un des plus anciens ordres religieux. Institué depuis 1113, il est aujourd’hui reconnu comme un sujet de droit international public car possède une souveraineté fonctionnelle et jouit d’un statut de membre observateur au sein des Nations unies. Se voulant neutre, apolitique et impartial, l’Ordre entretient des relations avec plus d’une centaine de pays et l’Union européenne.

Par Ange Atangana