Echanges commerciaux : La Tunisie devient le 20e membre permanent du Comesa

Comme prévu, le 20e sommet des dirigeants du Marché commun des États d’Afrique australe et de l’Est (Comesa), se tient à Lusaka en Zambie les 18 et 19 juillet avec l’adhésion officielle de la Tunisie, représentée par une délégation conduite par son ministre tunisien du Commerce, Omar Béhi.

Les efforts de la Tunisie viennent d’être récompensés après un travail acharné qui a débuté en janvier 2016. La nation nation maghrébine doit en effet signer au cours du sommet de Lusaka, le Document officiel de son entrée au Marché commun de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe (Comesa), à l’occasion du 20ème Sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement qui s’est ouvert ce 18 juillet dans la capitale zambienne. Cette adhésion vient finaliser les démarches entreprises par le pays pour intégrer ce groupement économique .

Avec cette entrée officielle, la Tunisie devient ainsi le 20e Etat permanent de cette importante Communauté économique et rejoint ainsi le Burundi, les Comores, la RDC, Djibouti, l’Egypte, l’Erythrée, l’Ethiopie, le Kenya, la Libye, Madagascar, le Malawi, l’Ile Maurice, le Rwanda, le Soudan, le Swaziland, l’Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe.

Avantages

Une fois le traité du Comesa paraphé, la Tunisie aura systématiquement accès à la zone de libre-échange triangulaire qui comporte outre le Comesa, la CAE (Communauté de l’Afrique de l’Est) et la SADC (Communauté de Développement de l’Afrique Australe), un organe qui regroupe presque la moitié des pays du continent. Elle rejoindra également simultanément les institutions financières, techniques, semi-indépendantes et indépendantes du marché commun.

La Tunisie a donc choisi l’Afrique subsaharienne pour renforcer ses échanges commerciaux et booster ses exportations. Ce nouvel accord lui permettra ainsi de bien se positionner dans un grand marché de libre-échange de plus de 500 millions d’habitants et dont le taux de croissance est à la hausse. Une opportunité d’autant plus importante qu’elle pourra ainsi tirer de meilleurs avantages de la coopération africaine, en valorisant son expertise. Une perspective attrayante pour un pays qui cherche à relancer son économie et à rééquilibrer le déficit de sa balance commerciale extérieure.

Le Comesa, un marché dynamique

Fondé en 1994, le Comesa  est une union douanière qui regroupe toutes les économies les plus dynamiques du continent africain. Pour preuve, les échanges intra-africains atteignent aujourd’hui 21,2%, contre seulement 10% en 2010.

Avec un Produit intérieur brut estimé à 800 milliards de dollars, le Comesa est en fait l’un des plus importants marchés commerciaux au monde, ainsi que l’un des principaux acteurs économiques et commerciaux les plus réussis en Afrique. Ses valeurs d’importations annuelles sont d’environ 32 milliards de dollars, contre 82 milliards de dollars pour les exportations.

Mais malgré sa taille, le Comesa fait encore face à un certain nombre de défis qu’il devra relever pour être très compétitif au niveau international. Il s’agit entre autres, de la libre circulation des personnes et des biens qui occasionne encore des lenteurs persistantes aux frontières, liées notamment aux (nombreuses) formalités de douane et aux coûts encore élevés de franchissement des frontières entre autres.

Mais pour l’heure, le marché reste ouvert à d’autres potentiels adhérents dont la Somalie qui pourrait l’intégrer au cours de ce 20e sommet annuel.

Par Hermine Anenigne