« Maki’la » : Le coup d’essai de Machérie Ekwa Bahango vaut de l’or

 Le tout premier film de la réalisatrice congolaise a remporté la distinction suprême lors de la 22ème édition du Festival international « Ecrans noirs » qui s’est achevée le 20 juillet dernier à Yaoundé.

Présenté depuis sa sortie (février 2018) comme un véritable chef-d’œuvre, « Maki’la » continue de confirmer tout le bien que l’on pensait de lui. Le film de la jeune réalisatrice congolaise (RDC) Machérie Ekwa Bahongo (25 ans) vient en effet de recevoir « l’Ecran d’or », récompense suprême du Festival international « Ecrans noirs » dont la 22ème édition a été  clôturée à Yaoundé le 20 juillet dernier.

Le film relate l’histoire de Maki, une jeune congolaise vivant dans la rue et qui se livre à toute sorte d’activité (prostitution, vol, drogue, etc.) pour survivre. Ayant rencontré un caïd de la rue, la jeune fille de 19 ans commence à s’ennuyer de cette vie incommodante et veut se retirer de cet univers où le crime règne en maître. Le film plonge le téléspectateur dans ce monde de la rue connu comme dangereux, mais lui présente également son aspect sentimental avec les histoires d’amour et d’amitié qui s’y créent.

« J’ai découvert que les enfants et les adolescents qui vivent dans la rue ont beaucoup de rêves: ils vivent des amitiés et des histoires d’amour. Malgré les horreurs que de nombreuses personnes associent à l’itinérance, la vie quotidienne des jeunes dans la rue montre toute la gamme des sentiments humains. Et c’est ce que je voulais montrer au monde dans mon film », confiait-t-elle à des confrères.

Coup de maîtresse

« Maki’la » est le premier film réalisé par cette passionnée de cinéma et mannequin. Pour un coup d’essai, on pourrait dire qu’il s’agit d’un coup de maître. Le film vient notamment de remporter la plus haute distinction des « Ecrans noirs » et avait déjà séduit à la Berlinale de Berlin  lors de sa première mondiale le 16 février 2018. Pour sa réalisatrice, la réussite du film résulte de ses rencontres insolites avec les « shegues » (nom donné aux enfants de la rue en RDC). Des rencontres qui lui ont notamment permis de flirter avec le quotidien de ces gamins, davantage les filles, en butte à toute sorte d’exploitation.

Titulaire d’une licence en droit, Machérie Ekwa a véritablement fait ses premiers pas dans le septième art en 2016. A 23 ans, la jeune femme écrit alors six épisodes de la série télévisée « Nakisa : Lobi mokola ya sika ». Elle acquiert de l’expérience en traduisant en lingala « Félicité », le film du réalisateur sénégalais Alain Gomis, qui a remporté l’Etalon d’or de Yennenga au FESPACO en 2017 et reçu le Grand prix du jury cette même année à la Berlinale. Fort de cette rencontre, Machérie Ekwa enrichit son projet « Maki’la » dont le tournage s’est achevé en avril 2017.

Par Ange Atangana