Cameroun : Le fund-raising en vogue pour la présidentielle

Plusieurs candidats à l’élection du 07 octobre prochain ont opté pour la collecte des fonds en vue de financer leur campagne.

Cabral Libii, 38 ans, est l’un des plus jeunes candidats à la prochaine élection présidentielle au Cameroun prévue le 7 octobre 2018. En une semaine seulement, il a réuni un peu plus de 20 millions de FCFA (40 mille dollars) à travers des opérations de collecte de fonds pour compléter et payer la caution de dépôt de sa candidature fixée à 30 millions de FCFA.

Depuis  le début de ce  mois de juillet, le candidat du parti “UNIVERS” avait  multiplié les appels d’aide au sein du petit peuple et de sa formation politique. Les militants et sympathisants de ce candidat ne sont pas restés sourds. Ils ont valablement répondu à cette main tendue en cotisant à partir de 1000 FCFA (2 dollars), via les sévices mobile money, pour les plus démunis.

Cabral Libii ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et continue de tendre la main à ces bienfaiteurs pour le financement de sa campagne (si sa candidature est validée) qui débutera à la fin du mois de septembre prochain. De leur côté, les principaux contributeurs promettent de le soutenir jusqu’à la date de ces échéances. « Nous allons toujours continuer à le soutenir, Cabral Libii nous a démontré que nous tous nous pouvons faire la politique avec ou sans moyens », tranche Justin Valery Messi, un des donateurs.

Pour le candidat lui-même, cette  méthode est non seulement gage de transparence, mais aussi une preuve palpable de l’engagement ferme des électeurs. Même s’il est soupçonné de bénéficier d’autres financements occultes,  Cabral Libii a rassuré ses électeurs sur sa page Facebook, qu’il “ne bénéficie d’aucun autre financement, et  qu’il n’est pas une marionnette entre les mains d’un lobby tapis dans l’ombre”.

Effet de mode

Cette opération n’a  pas seulement réussi en termes de collecte des fonds, elle a surtout  fait des émules au sein de la classe politique camerounaise. Après le dépôt de sa candidature, Maurice Kamto, candidat du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a lancé à son tour une opération similaire pour son parti. Même si aucun résultat n’a encore été rendu public par les responsables de ce parti, il semble, de source proche de cette formation que les cotisations vont bon train.

Pour le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, parti au pouvoir), l’opération de collecte des  fonds pour financer la campagne de Paul Biya, candidat à sa propre succession, n’est pas une nouveauté. A la différence de ses homologues des autres partis, le président national du parti au pouvoir  n’a jamais tendu la main à ses militants pour une collecte. C’est au sein de chaque section du parti que les levées de fonds sont organisées, et les principaux contributeurs sont les élites du parti et non les militants lambda. Ici, les dons se chiffrent parfois en dizaines de millions de Francs CFA.

Par Joseph Essama