Compétitions sportives: Le Maroc sur tous les fronts

Bien qu’ayant perdu la course pour l’organisation du Mondial de football 2026 face au trio américain, le royaume va abriter les Jeux africains en 2019 en remplacement de la Guinée Equatoriale. La nation maghrébine constitue depuis plusieurs années un plan B dans l’organisation d’évènements sportifs internationaux.

Après le désistement de la Guinée Equatoriale, c’est le Maroc qui va abriter pour la première fois de son histoire, la 12è édition des Jeux africains en octobre 2019. Le pays lui-même n’avait plus participé à cette compétition quadriennale depuis 1973, à cause des problèmes diplomatiques avec l’Union africaine qu’elle a réintégrée depuis 2017, suite au vote de 39 chefs d’Etats africains sur 54 réunis à Addis-Abeba en Ethiopie. Cette édition est qualificative pour les Jeux olympiques 2020 à Tokyo au Japon dans plusieurs disciplines.

Le royaume chérifien constitue depuis plusieurs années, un plan B dans l’organisation de plusieurs évènements sportifs internationaux, en proposant ses infrastructures pour abriter des compétitions dont l’organisation a échoué ailleurs. Le cas le plus récent est celui du Championnat d’Afrique des nations de football retiré au Kenya en 2018 qu’il a ensuite organisé et remporté à domicile. On se souvient tout de même qu’à cause des craintes liées à la propagation du virus Ebola, le Maroc avait désisté à l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations de 2015, qui s’est finalement jouée en Guinée Equatoriale.

Bien qu’ayant perdu la course pour l’organisation du Mondial de football 2026 face au trio américain (Canada, Mexique et Etats-Unis d’Amérique), le Maroc reste un atout incontournable dans l’organisation des compétitions en Afrique. Depuis plusieurs années, l’économie du sport a pris de plus en plus de place au sein du royaume.

Pays touristique, politiquement stable et qui ne connait pas la menace terroriste, le Maroc est de plus en plus présente dans l’organisation des compétitions sportives internationales. Il pourrait d’ailleurs se voir confier l’organisation des championnats du monde d’athlétisme en 2025 prévus pour se tenir en Afrique. Le royaume n’a pas renoncé à son projet d’organiser la coupe du monde de football, puisqu’il s’est déjà porté candidat pour accueillir l’édition de 2030.

Intérêt pour les entreprises

Au Maroc, nombre d’entreprises de différents secteurs d’activités manifestent leur grand intérêt à la promotion du sport en intégrant dans leurs structures le sponsoring d’événements sportifs importants. Plusieurs agences dédiées au sport ont été crééer dans le royaume. Selon des chiffres estimatifs, le secteur sportif au Maroc emploie plus de 240.000 personnes, avec un chiffre d’affaires de 600 millions de DH (60 millions d’euros). Pour l’organisation du Mondial de football 2026, le royaume avait prévu d’investir 15,8 milliards de dollars.

Par Jean Daniel Obama