Bassin du Nil : La 26ème rencontre de l’Initiative s’ouvre ce lundi au Burundi 

Bujumbura sera le théâtre, lundi 13 août, de la 26ème réunion des ministres de l’Initiative du Bassin du Nil (IBN) qui sera centrée sur le développement socio-économique durable et équitable des ressources du Nil par les différents Etats membres de l’organisation régionale.

Le Nil est l’un des fleuves les moins développés au monde, d’une longueur de 6 695 kilomètres. Mais ses opportunités en ressources hydrauliques, énergie hydroélectrique, agriculture, les produits de la pêche, la navigation font la richesse de ses 437 millions d’habitants qui vivent dans la région du Bassin du Nil. La réunion des ministres du Bassin du Nil qui s’ouvre donc ce lundi 13 août à Bujumbura sous le thème : « Parvenir à un développement socio-économique durable grâce à l’utilisation équitable des ressources communes du Nil et aux avantages qui en découlent », sera l’occasion pour ceux-ci d’examiner les orientations stratégiques sur la gestion et le développement coopératif des ressources en eau du bassin, ceci pour contribuer à améliorer la qualité de vie des citoyens.

Cette réunion qui rassemblera dix Etats-membres dont : Burundi, RDC, Egypte, Ethiopie, Kenya, Rwanda, Soudan, Soudan du Sud, Tanzanie et Ouganda ; des membres du comité consultatif et du personnel de l’IBN ainsi que des partenaires au développement et la société civile se penchera également sur les résultats de l’année précédente et prendra des décisions importantes concernant non seulement la stratégie de financement ; le plan d’action pour la mobilisation des ressources et la stratégie de communication et d’engagement des différentes parties prenantes, mais aussi sur le prochain sommet des chefs d’Etats.

Des changements sont aussi en vue. Le Burundi occupera le poste du président du Conseil des ministres du Nil, tandis que le poste de directeur exécutif du secrétariat de l’IBN reviendra au Soudan du Sud. Son siège est à Entebbe (Ouganda). Un changement conforme à la tradition de l’organisation selon laquelle les postes sont répartis pour deux ans entre ses Etats.

Créée en 1999, l’Initiative du Bassin du Nil (IBN) est une initiative régionale avec pour seul but de favoriser l’intégration économique régionale, l’utilisation équitable des ressources communes de l’eau et la promotion de la sécurité et de la paix dans la région du bassin du Nil.
C’est une organisation qui regroupe dix pays dont les dix qui prendront part à la rencontre de lundi au Burundi. L’Erythrée qui constitue le onzième Etat membre, n’est encore qu’un pays observateur. Les Projets de l’IBN, sont constitués d’activités visant à promouvoir la confiance, la coopération et à créer un environnement qui facilite l’investissement. Le Conseil des ministres du Nil est donc l’organe suprême de l’IBN.

Et pour le Burundi, hôte de la 26è rencontre, il a tout à gagner en collaborant avec les autres pays de l’IBN en ce qui concerne les ressources en eau dont les fruits sont déjà visibles dans le pays.

Par Hermine Anenigne