Kenya : Le rêve américain d’Uhuru Kenyatta

Le président kenyan effectue une visite officielle à Washington où il rencontre son homologue américain lundi et avec lequel il évoquera des projets dans le domaine économique.

Arrivé le 25 août dernier aux Etats-Unis, le président kenyan Uhuru Kenyatta effectue une visite officielle de quatre jours au pays de l’Oncle Sam à l’invitation de son homologue Donald Trump. Une rencontre entre les deux leaders est d’ailleurs prévue ce lundi 27 août. Outre des questions liées à la sécurité et à la lutte contre le terrorisme, l’entretien entre le locataire de la Maison-Blanche et son invité devrait également intégrer un volet économique. A en croire l’ambassadeur du Kenya aux Etats-Unis, les échanges entre les deux présidents devraient favoriser l’avancée de nombreux projets d’accords en cours de négociations entre les deux parties.

Le Kenya est un partenaire privilégié des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme dans la Corne de l’Afrique. En Somalie, le Kenya compte des troupes militaires pour lutter contre les terroristes Shebab. Souvent exposé aux attentats et autres attaques des terroristes, le pays est doté d’un dispositif sur le plan interne pour lutter contre les Shebab. De même, au Soudan du sud, le pays est un locuteur dans le processus de paix pour mettre fin à la guerre civile. Fort de cette implication, le Kenya est depuis des décennies dans les bonnes grâces de l’administration américaine qui n’hésite pas à former les militaires kenyans ou à les assister financièrement et même dans le renseignement.

Partenariat commercial

Sur le plan économique, aucun pays d’Afrique subsaharienne ne reçoit davantage de financements de Washington que le Kenya. Dernier fait en date, la signature au mois de juillet des accords d’investissements d’un montant total de 100 millions de dollars pour accompagner le programme « Big four » lancé par le président Kenyatta. Celui-ci vise à garantir l’accès aux services médicaux pour tous les Kényans, créer au moins 800 000 nouveaux emplois pour les jeunes dans le secteur manufacturier, améliorer la production alimentaire et la construction d’au moins 500 000 logements abordables dans les grands centres urbains tels que Nairobi, Mombasa, Kisumu, Nakuru et Eldoret.

D’après le Bureau des Affaires africaines du Département d’Etat américain, de même que de nombreuses sociétés américaines ont leur siège social régional ou panafricain à Nairobi, le Kenya bénéficie d’avantages commerciaux préférentiels en vertu de la Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA). Les exportations américaines vers le Kenya comprennent des produits agricoles, des pièces d’aéronefs et des machines.  L’investissement des entreprises américaines concerne principalement les services, les technologies de l’information et l’industrie du tourisme. L’an dernier, les exportations du Kenya vers les États-Unis – dans le cadre du plan AGOA se sont établies à 319 millions de dollars. Les importations américaines en provenance du Kenya comprennent les vêtements, le café et le thé.

A Washington, le président kenyan a rencontré le patronat américain ce lundi avant son entretien avec Donald Trump. L’occasion pour lui d’attirer davantage d’investissements pour soutenir les piliers de de son programme économique.

Par Ange Atangana