Cameroun : La banane paye le prix fort de la crise dans la partie anglophone

D’après l’Association bananière du Cameroun, les exportations de la CDC se sont établies au mois d’aout dernier à 1 488 tonnes, ce qui représente la plus faible performance enregistrée par l’entreprise publique depuis treize ans.

La situation sociopolitique dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-ouest continue de porter un coup à l’économie camerounaise. En témoigne, les dernières statistiques dévoilées par l’Association bananière du Cameroun (ASSOBACAM) qui indique que la Cameroon development corporation (CDC), a à peine exporté 1 500 tonnes de bananes au mois d’aout 2018. Un piètre record que la CDC n’avait plus enregistré depuis 2005.

Selon l’ASSOBACAM, cette baisse des exportations bananières est la conséquence de la situation sociopolitique qui s’enlise dans le Sud-ouest (une des deux régions en crise) où est implantée la CDC. Depuis l’aggravation de la situation sécuritaire dans cette partie du territoire camerounais, les autorités ont dû cesser les activités dans plusieurs plantations pourtant destinées à l’exploitation.

Tendance à la baisse
De même, il faut noter que depuis le début des revendications sécessionnistes dans cette région, la production bananière est en baisse. A la même période en 2017, l’ASSOBACAM indique que les exportations se situaient à plus de 8 500 tonnes, soit six fois plus qu’actuellement. Entre juillet et août 2018, la CDC, qui se classe deuxième sur le marché local de la banane, n’a exporté que 5 534 tonnes, dont 4 046 tonnes au mois de juillet.

Ces résultats impactent donc la production nationale qui se situe autour de 250 000 tonnes, loin des 300 000 espérées cette année. En attendant un retour à la normale dans les régions en crise, c’est la société des Plantations de Haut-Penja (PHP), filiale de l’entreprise française Compagnie fruitière de Marseille qui a assuré 75% des exportations à en croire l’ASSOBACAM. PHP dont les plantations sont dans le Littoral a ainsi expédié 12 261 tonnes de bananes à cette période.

Il faut souligner que la banane est l’un des principaux produits d’exportation du Cameroun avec le pétrole, le bois ou encore le cacao. Entre janvier et mai 2017, ses ventes à l’étranger ont atteint 116 812 tonnes selon des chiffres officielles. L’activité (production, commerce) autour de la banane génère des dizaines de milliers d’emplois tant dans les plantations industrielles que familiales.

Par Ange Atangana