CAN 2019 : La CAF va donner une position claire sur l’organisation de la compétition

La rencontre de son Comité exécutif ouverte ce jeudi en Egypte sous l’égide du président Ahmad Ahmad permettra peut-être au Cameroun d’être fixé sur son sort.   

Le Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) se réuni à Sharm El-Sheikh en Égypte, à partir de ce 27 septembre. La rencontre de deux jours, qui intervient tout juste avant l’Assemblée générale ordinaire de l’instance faitière du football africain prévue le 30 septembre prochain dans la même ville, s’annonce cruciale pour le Cameroun. Le pays des Lions indomptables sera en effet fixé s’il organisera ou non, la prochaine Coupe d’Afrique des nations prévue sur son sol en juin 2019.

Certes, le Cameroun accuse encore un retard dans les travaux de construction des infrastructures sportives et de transport devant servir dans le cadre de cette compétition. Mais ces derniers mois, le pays a réalisé d’énormes progrès dans ce sens, suite surtout aux énormes pressions faites par les dirigeants de la CAF, avec à sa tête son président.

A l’issue de la troisième visite d’inspection de l’instance panafricaine en mi-août dernier sur les chantiers des différents sites devant abriter la CAN 2019,certaines indiscrétions avaient laissé entendre que les émissaires de la CAF, au sortir d’une audience à eux accordée par le Premier ministre camerounais Philemon Yang, par ailleurs président du Comité interministériel de la préparation de la compétition, avaient exprimé leur satisfaction quant au travail abattu par le Cameroun.

Lire aussi
CAN 2019 : LE CAMEROUN ACCROCHÉ AUX LÈVRES DE LA CAF

 

Le rapport et les recommandations de cette importante mission étant déjà transmis  au Comité exécutif de la CAF, se sera à ce dernier de décider en dernier ressort de l’attribution ou non, de l’organisation de la plus prestigieuse compétition de football du continent aux quintuples champions d’Afrique, après 1972. « Ce que je peux vous dire, c’est que ce n’est pas la CAF qui retire la CAN à un pays ou à un autre. C’est le pays qui n’est pas prêt et qui se désiste. La CAF met tout simplement un cahier des charges. La réalité, c’est le pays qui veut ou qui ne veut pas. Et le reproche doit aller au pays, pas à la CAF. Laissons la CAF se réunir à la fin du mois, et vous allez entendre par nos moyens de communication quelle est la position de la CAF par rapport à çaIl y aura une prise de décision ou il y aura un ultimatum,» a laissé Ahmad Ahmad, de passage à Niamey le 16 septembre dernier.

Par Joseph Samuel Zoé