Santé : La lutte contre le cancer récompensée

Les chercheurs américains James Allison et japonais Tasuku Honjo ont reçu hier lundi le Prix Nobel de médecine 2018 pour leur « découverte du traitement du cancer par inhibition de la régulation immunitaire négative ».

Même si le cancer tue des millions de personnes dans le monde chaque année, des progrès importants ont été réalisés dans sa détection et son traitement. Cette année, l’académie Nobel a décidé de mettre à l’honneur un des nouveaux traitements contre cette maladie, l’immunothérapie, initiée par le duo de chercheurs en immunologie, l’Américain James Allison et le Japonais Tasuku Honjo. Les deux scientifiques ont ainsi reçu le Nobel de médecine cette année pour leurs travaux sur la capacité du corps à se défendre contre les cancers virulents.

Les lauréats du prix Nobel 2018 relèvent la présence dans l’organisme de deux protéines qui freinent la réponse immunitaire, des « points de contrôle » qu’il faut débloquer pour activer le système immunitaire. Ces découvertes ont permis de développer une nouvelle stratégie de lutte contre le cancer, qui consiste à stimuler le système immunitaire du patient pour qu’il se débarrasse des cellules tumorales.

Ainsi, James Allison, chercheur à l’université du Texas, a mis en évidence la protéine CTLA-4, qui freine les lymphocytes T. Ces cellules peuvent éliminer des cellules cancéreuses. Il existe un traitement qui bloque CTLA-4, l’ipilimumab, un anticorps anti-CTLA-4, qui active la réponse immunitaire contre le cancer. De son côté, Tasuku Honjo, chercheur à l’université de Kyoto (Japon), a découvert un récepteur présent sur des cellules immunitaires, PD-1, qui ralentit la réponse immunitaire. Si le récepteur PD-1 est bloqué, la réponse immunitaire est activée.

Ces recherches jugées « révolutionnaires » par l’Assemblée Nobel de l’Institut Karolinska à Stockholm, permettent de faire un pas important dans la lutte contre ce mal. Pour le jury, les co-lauréats du prix Nobel de médecine 2018 redonnent un nouvel espoir aux malades. Ils ont mis au jour les stratégies des cellules cancéreuses pour contourner les défenses du corps et le rôle néfaste des protéines PD-1 et CTLA-4, dits « points de contrôle immunitaires », qui freinent la réaction des cellules T (ou lymphocytes T), véritables soldats du système immunitaire censés combattre la tumeur.

Le cancer en Afrique

En Afrique, les types de cancer les plus fréquents sont : le cancer de la prostate, le cancer du sein, le  cancer du col de l’utérus et  le cancer primitif du foie. A noter également la découverte de certains cancers spécifiques au continent comme celui de la plante des pieds, très répandu en zone rurale. S’agissant de ce dernier, il faut avouer qu’une « bonne partie » des populations en zone rurale se déplace à pieds et des lésions suite au contact entre cette partie du corps et le sol peuvent apparaître et dégénérer en cancer.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 840 000 personnes ont été atteintes de cancer en Afrique en 2012. Les études épidémiologiques de l’institution onusienne prévoient 1,2 million de nouveaux cas de cancer en Afrique d’ici à 2030 avec plus de 970.000 morts si des mesures adéquates de prévention ne sont pas prises rapidement.

Par Ange Atangana