Cameroun : Le RDPC et ses alliés appellent au respect de la légalité constitutionnelle

Le secrétaire général du parti au pouvoir Jean Kueté, a invité les Camerounais à ne pas se fier aux déclarations indélicates de certains candidats de la dernière présidentielle lors d’un point de presse tenu hier lundi à Yaoundé.

Le secrétaire général du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) et certains partis alliés notamment, le Front national pour le salut du Cameroun (FSNC) de Issa Tchiroma, l’Union des populations du Cameroun (UPC) de Bapoh Lipoh ou encore le PADDEC de Jean de Dieu Momo, ont tenu un point de presse lundi 8 octobre pour dénoncer l’attitude du candidat Maurice Kamto du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), qui s’est autoproclamé vainqueur d’une élection au mépris des institutions républicaines mises en place pour la cause.

Jean Kueté a salué la maturité du peuple camerounais qui a su se comporter de façon exemplaire dans le processus électoral jusqu’à la fin des opérations de vote. Il s’est ensuite offusqué de l’agissement irresponsable du candidat du MRC qui a foulé au pied les institutions en charge des questions électorales. Il a enfin appelé les Camerounais à ne pas céder à ces agissements qui ne visent qu’à semer « le chaos et la désolation pour des fins égoïstes ».

Convié à ce point de presse, le ministre camerounais de la Communication a tenu à exprimer la position du gouvernement sur cette situation regrettable. Pour Issa Tchiroma Bakary, aucun parti en dehors du RDPC n’a pu fournir à Elections Cameroon (Elecam) au moins 25.000 représentants comme l’exigent les textes. Selon lui, « il est extraordinaire qu’un parti de l’opposition puisse revendiquer une quelconque victoire avant qu’Elecam et le Conseil constitutionnel n’aient rendu leur verdict ». Il en en appelle à la vigilance des Camerounais à ne pas se laisser berner par des « hommes politiques irresponsables » qui souhaitent mettre le pays à feu et à sang.

Par Simon Metsengue