Zone Cemac : En rangs serrés pour une sortie de crise

La ville de N’Djaména a accueilli ce 25 octobre 2018, une session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat de la communauté sous-régionale.

Les questions économiques étaient au centre des débats de la rencontre de ce jeudi dans capitale tchadienne. Et pour juguler les difficultés conjoncturelles actuelles de leurs pays respectifs, les gouvernants de la Communauté  économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) ont réitéré leur engagement en faveur d’une sortie de crise ordonnée, concertée, maitrisée et solidaire.

En effet, pratiquement tous les pays d’Afrique centrale sont producteurs et exportateurs de matières premières (pétrole, cacao, banane, café, coton…). Or, depuis pratiquement quatre ans, on assiste à une chute généralisée des prix de ces produits. Toutes choses ayant contraint les pays de la Cemac à de sévères cures d’austérité. Le Cameroun, le Gabon ou encore le Tchad qui ont eu recours à plusieurs reprises à l’aide financière du Fonds monétaire international (FMI), ont dû opérer instinctivement des réformes indispensables au redressement économique de la sous-région tel que préconisé lors du sommet extraordinaire de Yaoundé en décembre 2016. D’où la reconnaissance des Chefs d’Etat de la Communauté  qui ont profité de cette rencontre pour saluer « la forte contribution des bailleurs et des partenaires au développement à cet égard ».

Au-delà des autres résolutions liées au fonctionnement des institutions communautaires telles que la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), la Commission bancaire d’Afrique centrale (COBAC), l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC), l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC) et la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) qui a connu une réforme marquée par la création d’un comité de crédit et d’un comité de rémunération, les Chefs d’Etats de la sous-région ont également pris des décisions importantes sur le plan sécuritaire.

Ils ont à cet effet « renouvelé leur engagement à la résolution des poches de conflits et d’insécurité dans l’ensemble de l’espace Cemac. Aussi se sont-ils résolus à intensifier les actions visant l’élimination de la menace terroriste dans le bassin du Lac Tchad ».

Au terme des travaux, les participants n’ont pas manqué d’exprimer leurs plus vives félicitations au président camerounais Paul Biya, réélu à la magistrature suprême de son pays au terme de l’élection présidentielle du 7 octobre dernier.

Par Joseph Samuel Zoé