Intégration régionale : Pour une meilleure appropriation du processus en Afrique

La problématique est au cœur de la Conférence économique africaine 2018 qui se tiendra à Kigali du 3 au 5 décembre prochain avec en ligne de mire, l’atteinte de cet objectif inscrit dans l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

L’édition 2018 de la Conférence économique africaine (CEA) se tiendra au Rwanda du 3 au 5 décembre prochain. L’annonce est venue de la Banque africaine de développement (BAD), lors d’une réunion préparatoire à cet événement à Abidjan. L’intégration régionale sera au menu de cette 13e édition de la CEA dont le thème retenu est « Intégration régionale et continentale au service du développement de l’Afrique ».

Pour les experts, il s’agira au cours de cette rencontre « d’adopter une approche pragmatique, de proposer des solutions pratiques pour la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC) ». A cet effet, des entrepreneurs du continent seront appelés à partager leurs expériences, notamment celles relatives aux tracasseries existantes au niveau de la circulation transfrontalière des marchandises. Pour Moono Mupotola, directrice du département de l’intégration du Groupe de la BAD, bien que la ZLEC soit bien appréciée, il faudra davantage mettre la volonté politique au niveau des dirigeants africains.

Reconnaissant que des efforts ont été fournis ces dernières années, notamment en ce qui concerne le passeport africain, la directrice suggère  « d’intensifier les activités dans le domaine des infrastructures immatérielles pour faciliter l’intégration dans des domaines tels que l’harmonisation des politiques et des réglementations, la suppression des obstacles non tarifaires, l’amélioration de la logistique entre les pays et d’autres facteurs affectant la compétitivité de l’Afrique ».

La Conférence économique africaine est conjointement organisée chaque année par le Groupe de la BAD, le PNUD et l’UNECA. La BAD accueillera la quatorzième édition de la CEA en 2019.

Par Ange Atangana