Cameroun : Ouverture d’une session parlementaire aux grands enjeux

Députés et sénateurs camerounais ont ouvert ce vendredi 2 novembre les travaux de la troisième session de l’année des deux chambres. Les plénières permettront d’examiner la loi des finances de l’exercice budgétaire de 2019 et de consacrer le président Paul Biya, réélu au terme du scrutin du 7 octobre dernier.

Les parlementaires camerounais siègent depuis ce vendredi dans leurs chambres respectives pour la dernière session de l’année. S’il est vrai que le jour d’ouverture est généralement consacré aux discours des présidents desdites chambres, les prochains jours s’avèrent déterminants pour la vie de la nation.

Comme il est de coutume,  le Parlement est appelé à examiner le projet de loi de finances de l’année à venir. Déposé par son gouvernement, le Premier ministre est attendu au perchoir pour présenter ledit projet avant que ses collaborateurs, chacun selon son portefeuille ministériel, ne vienne défendre l’enveloppe qu’il sollicite pour accomplir sa tâche au cours du prochain exercice.

En 2017, le Parlement avait adopté un budget de 4513,5 milliards de francs CFA pour 2018. Suite à l’ordonnance présidentielle du 4 juin dernier qui avait modifié et complété la loi de finances 2018, les charges du budget général du Cameroun étaient passées à 4689,5 milliards de francs CFA. Ce qui a représenté une hausse de 176 milliards de F.

S’agissant du gouvernement, certains ministres participent pour la dernière fois aux travaux du Parlement, étant donné que l’équipe menée par Philémon Yang doit être remaniée après la prestation de serment du président de la République. La session parlementaire servira en effet de cadre pour la prestation de serment du président Paul Biya réélu au terme du scrutin du 7 octobre dernier. Celle-ci doit se tenir au plus tard le 6 novembre prochain. Le chef de l’Etat ainsi investi, est appelé à effectuer quelques retouches au sein de son équipe gouvernementale comme cela a toujours été le cas.

Au niveau de l’Assemblée nationale, cette session de novembre pourrait également être la dernière pour certains élus du peuple car les élections législatives ont été reportées en 2019. Comme quoi, ces travaux permettront de faire un bilan aussi pour cette législature que pour le gouvernement sortant.

 

 Par Ange Atangana