Paul Biya : Dans l’attente de la prestation de serment  

Ce 6 novembre marque la fin du processus électoral de l’élection présidentielle 2018 au Cameroun. Le président nouvellement élu va s’adresser à son peuple à cette occasion au perchoir de l’hémicycle de l’Assemblée nationale en présence des élus, des corps constitués et des représentants des missions diplomatiques et organisations internationales accrédités à Yaoundé.

Le discours inaugural du président Paul Biya est très attendu tant au niveau national qu’international. En effet, ces derniers mois ont été hautement marqués par des sons de cloches divergents des hommes politiques et des manifestations plus ou moins réprimées. Du côté des régions en crise, si on note une accalmie au Sud-ouest avec un espoir de retour à la normale, ce n’est pas forcément le cas pour le Nord-ouest, région qui a connu l’assassinat d’un pasteur américain en séjour dans cette partie du pays. Par ailleurs, entre hier dimanche et ce lundi, un sous-préfet a été enlevé ainsi que 79 élèves de la Presbyterian Secondary School de Bamenda, leur principal, son chauffeur et un enseignant selon l’AFP.

Par ailleurs, si la plupart des formations de l’opposition sont tournées désormais vers les prochaines échéances électorales, certaines à l’instar du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), ne reconnaissent pas toujours la victoire de M. Biya et appellent à présent à un recomptage des votes. Eventualité ayant été rejetée par la majorité  des opposants des autres formations politiques. D’autres Camerounais de l’étranger se réclamant de ce mouvement, ont perturbé voire annulé, les prestations de certains musiciens camerounais pour leur choix en faveur du président élu.

Outre ce qui précède, en fin de mois d’octobre, les pays de la CEMAC sont passés à côté d’une énième dévaluation du FCFA, signe de la morosité de l’économie des pays de cette sous-région. En sa qualité de chef d’Etat de la 1ère puissance économique de ladite zone, sa vision de la santé économique de cette zone sera très attendue. Il en est de même pour la sécurité dans la région du lac Tchad  et du Sahel. A cet effet, Paul Biya est attendu le 12 novembre prochain à Paris lors du sommet sur la sécurité dans cette zone.

Sur le plan africain, le pays des Lions Indomptables est en phase d’abriter  la toute première Coupe d’Afrique des nations (CAN) à 24 équipes de l’histoire du Football masculin. Pourtant jusqu’ici, la menace de retrait de l’organisation de cette grande fête au Cameroun plane toujours sur le pays de Paul Biya même si, les chantiers infrastructurels pour la majeure partie, seront achevés en fin décembre 2018 selon les prévisions.

Le président camerounais, homme très expérimenté, ne compte donc pas rater cette occasion pour rassembler les Camerounais autour de idéaux de paix, d’unité et du développement qui lui sont chers. C’est aussi pour lui, l’occasion de rassurer les partenaires bilatéraux et multilatéraux, de la crédibilité du Cameroun.

Par Simon Metsengue