Espérance de Tunis: Le secret d’une réussite continentale

 

Le club de la capitale tunisienne vient de remporter sa troisième Ligue des champions africaine après avoir battu vendredi à domicile, les Egyptiens d’Al Ahly (3-0), pourtant vainqueurs de la première manche au Caire.

L’Espérance de Tunis compte désormais trois étoiles en Ligue des champions africaine. Un sacre qui relève presque du miracle puisque les bookmaker ne donnaient pas les Tunisiens favoris lors de la finale retour, bien qu’évoluant à domicile,  après leur défaite à l’aller (3-1) contre l’ogre égyptien Al Ahly, club le plus titré de cette compétition. Et pourtant c’est bien le club tunisois qui est champion d’Afrique cette année en s’imposant (3-0) grâce à des réalisations de Saad Beguir (45e+2, 54e) et d’Anice Badri (87e). De même, il a pris sa revanche face à son adversaire du jour qui l’avait privé du titre en 2012.

Pour le finaliste malheureux Al Ahly, le chemin de croix se poursuit à ce stade du tournoi. Les Egyptiens avaient déjà perdu le titre il y a un an contre les Marocains du Wydad de Casablanca après une défaite lors de la manche retour qui se jouait hors de leur base. Il faut dire que la gestion des matches à l’extérieur constitue le point faible des Egyptiens. Déjà en demi-finale, les Cairotes sétaient inclinés au retour à Sétif en Algérie (2-1) mais sétaient qualifiés pour la finale grâce à leur meilleure avance prise au match aller (2-0).

Espérance puissance 3

Pour l’Espérance, la victoire en finale vient récompenser l’endurance, la rigueur et l’abnégation dont ils ont fait preuve tout long de la compétition. On se souvient par exemple de leur remontée en demi-finale, lorsque battus à l’aller (1-0) par les Angolais de Primero d’Agosto, les « Sang et Or » avaient retourné la situation au retour en simposant (4-2) face à leurs adversaires pour s’offrir cette place en finale.

Fondé en 1919, l’Espérance sportive de Tunis est le club le plus titré du championnat de Tunisie (28 sacres) dont il est l’actuel tenant du titre. Au niveau national, sa domination s’étend également à la Coupe nationale remportée quinze fois et la Supercoupe soulevée deux fois. Au vu de ses performances, le club tunisien occupe la  septième place du classement des meilleurs clubs africains du XXe siècle selon l’International federation of football history & statistics (IFFHS).

Grâce à ses résultats tant à l’échelle nationale qu’internationale, la formation tunisoise dispose d’importantes ressources financières. En 2014, son budget était estimé à 12,17 millions d’euros (27 milliards de dinars). Une bagatelle qui croît au fil des années et qui permet au club d’assurer son standing avec le recrutement des meilleurs joueurs locaux et du continent. Le club a toujours été l’un des fournisseurs importants de léquipe nationale. D’ailleurs, Tarak Dhiab qui est le seul joueur tunisien à avoir remporté le Ballon dor africain, a passé l’essentiel de sa carrière à l’Espérance.

Avec leur sacre en Ligue des champions africaine cette année, les « Sang et Or » représenteront le continent lors de la prochaine Coupe du monde des clubs qui se jouera en décembre prochain aux Emirats arabes unis. En plus, l’Espérance est directement qualifié pour la phase de poules de la prochaine Ligue des champions selon les nouveaux critères de la CAF, et disputera la Supercoupe continentale face au vainqueur de la Coupe de la Confédération.

Par Ange Atangana