Cameroun : Le budget 2019 à la loupe

Le premier ministre Philémon Yang a présenté les grands axes du programme économique, financier, social et culturel de l’année à venir hier mercredi devant les députés à Yaoundé.

Pour 2019, le gouvernement camerounais table sur un budget de 4850,5 milliards de francs CFA, soit une hausse de 161 milliards de francs (+3,4%) contrairement à 2018. La confirmation a été donnée hier mercredi à l’Assemblée nationale par le Premier ministre (PM) camerounais. Philémon Yang présentait aux élus locaux le programme économique, financier, social et culturel du pays pour l’exercice 2019.

Le gouvernement camerounais table ainsi sur une croissance de l’ordre de 4,4% en 2019, contre les 3,8% de cette année. Pour le PM cité par le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune, les priorités du gouvernement se situent aux niveaux des infrastructures devant abriter la Coupe d’Afrique de football que le pays compte abriter l’année prochaine, l’accélération du processus de décentralisation, la sécurité et l’organisation des scrutins locaux, notamment les législatives et les municipales reportées en 2019.

Selon la proposition de la loi des finances déposée sur la table des députés, le budget 2019 sera absorbé par les dépenses courantes qui atteindront 2465,5 milliards de francs CFA (+124 milliards par rapport à 2018). L’investissement public va s’élever à 1327,6 milliards de francs, tandis que la dette publique est évaluée à 1057,4 milliards.

Pression fiscale
 

S’agissant des recettes, elles devraient se situer à 3349,5 milliards de francs dont 2899,5 provenant des ressources non pétrolières et 450 (baisse de 19 milliards) pour ce qui est des recettes pétrolières. De même, l’élargissement de l’assiette fiscale tel que prévu par le gouvernement devra générer de nouveaux revenus. Ceux-ci proviendront de l’élargissement du champ d’application du droit d’accises aux boissons gazeuses importées, aux produits cosmétiques, aux articles de friperie, aux pneumatiques et aux véhicules d’occasion.

Il est également prévu la suppression de l’abattement de 20% sur la valeur imposable des pneumatiques neufs importés institué dans le cadre de la loi de finances de l’exercice 2011. L’autre nouveauté est l’institution d’une modalité alternative de collecte des droits et taxes de douane sur les téléphones importés. Tout comme il est prévu la taxation à un taux forfaitaire des logiciels et applications téléchargées par des téléphones et tablettes en vue de leur propre exploitation.

Après le passage du PM mercredi, les membres de son équipe sont appelés à défendre les enveloppes budgétaires qu’ils sollicitent devant les parlementaires.

Par Ange Atangana