RCA : Une nouvelle armée pour une paix durable !

Il y a quelques  jours, une attaque contre le camp de déplacés internes dans le village d’Alindao a entrainé la mort de 37 personnes dont un casque bleu de nationalité tanzanienne. Elle intervient au moment où la Russie et l’UE se battent aux côtés de la République centrafricaine (RCA) pour lui doter d’une armée professionnelle apte à pouvoir défendre l’intégrité territoriale du pays.

Le 15 novembre dernier, le camp d’Alindao, dans le sud-est de la Centrafrique, a été pris pour cible par un groupe armé  laissant sur le carreau 37 personnes dont un casque bleu de la MINUSMA. Les victimes de cette attaque viennent s’ajouter à une longue liste de victimes de la guerre civile en RCA depuis 2013, date du renversement du président Bozizé par un coup d’Etat. Ce conflit au relent religieux a déjà décimé des dizaines de milliers de Centrafricains.

Cette situation vient porter un coup aux efforts que les autorités centrafricaines ont mis en œuvre pour le retour de la paix dans le pays. En décembre 2017, à la suite d’un accord militaire entre Bangui et Moscou, les militaires russes venaient porter main forte à la RCA pour la reconstruction d’une armée  professionnelle capable de protéger le pays.  175 instructeurs russes ont été dépêchés pour former deux bataillons des Forces de défense. A ce jour, un contingent de 400 soldats formés par les spécialistes russes  a déjà été livré à la satisfaction du président Archange Touadera.

Mais cela reste très insuffisant au vu de la dégradation de la situation sécuritaire depuis plus de cinq ans qui a déstructuré  le pays. Un autre bataillon de 1200 hommes est en cours de finition. La Russie n’est pas seule dans cet exercice, l’Union européenne aussi s’active à former d’autres groupes pour que ce climat d’instabilité et d’insécurité ne soit qu’un douloureux souvenir.

Cette armée dont la RCA est en train de se doter avec l’appui de ses partenaires aura  pour premier chantier le désarmement des milices. Pour ce faire, il lui faut des équipements adéquats permettant de faire face à toutes éventualités. Sous embargo depuis le début de ce troisième conflit interethnique, la RCA a renoué avec la livraison d’armes en décembre 2017 à la suite d’une levée exceptionnelle de cette interdiction par le Conseil sécurité de l’ONU.

Pays classé parmi les plus pauvres du monde, la RCA l’est à cause de son instabilité perpétuelle. En dix ans, la nation d’Afrique centrale a connu trois guerres civiles. Ces nombreuses conflits sont l’œuvre des coups d’Etat à répétition perpétrés par des anciens hauts dignitaires de l’armée qui sont issus de la classe dirigeante du pays pendant la période de l’indépendance. Pourtant très riche de par son sous-sol et ses potentialités, la RCA reste condamnée à la mendicité internationale à cause de l’égoïsme de certains au détriment de la grande majorité.

Par Simon Metsengue