Retrait de la CAN 2019: Le Cameroun prend acte

Pour le ministre camerounais de la Communication, porte-parole du gouvernement Issa Tsiroma Bakary, la décision de la CAF est une injustice flagrante.

Pour la première fois, depuis l’annonce le 30 novembre à Accra, du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019 initialement prévue sur son sol par la Confédération africaine de football (CAF), le gouvernement camerounais s’est exprimé ce 1er décembre à travers son ministre de la Communication (Mincom).
Face à la presse nationale et internationale, Issa Tsiroma s’est voulu très amer à l’endroit des dirigeants de l’instance faîtière du football africain, qualifiant de ce fait “d’injustice flagrante” la décision de la CAF. Non sans marquer son étonnement au sujet de cette annonce surprise au regard des investissements colossaux consentis dans le pays, le gouvernement camerounais par la voix de son porte-parole, a dit prendre “connaissance avec consternation”.
Malgré ce coup dur pour le peuple camerounais qui espérait abriter en juin prochain la plus grande fête du football africain, le Cameroun s’engage à poursuivre la construction des infrastructures engagées pour prouver aux yeux du monde sa détermination. Le pays des Lions indomptables entend également “continuer à œuvrer sans relâche au développement du football du continent”
Il faut rappeler que le Comité exécutif de la CAF a décidé de retirer la CAN 2019 Cameroun à cause des retards observés dans l’avancée des travaux de préparation, mais également pour des raisons de sécurité dans les deux régions anglophones.
À présent, un cabinet va être mis en place pour lancer un appel d’offre afin de déterminer le nouveau pays organisateur d’ici la fin de l’année. Les pays candidats ont 21 jours pour déposer leurs dossiers.
Par Joseph Samuel Zoé