Transport en commun : La Côte d’Ivoire se met au gaz naturel

Soucieuse de protéger l’environnement, la Société des transports Abidjanais (Sotra) va se doter des bus alimentés au Gaz naturel comprimé (GNC) pour le transport des populations. Ces véhicules permettront à l’entreprise d’épargner 40 à 60% sur sa consommation en carburant.

La lutte contre la pollution est désormais l’une des priorités du gouvernement ivoirien qui s’est engagé dans le cadre de la COP 21, à préserver l’environnement. C’est dans cette optique que le ministre ivoirien des Transports et plusieurs autres membres du gouvernement se sont réunis en fin de semaine dernière, pour lancer le projet d’implantation de la toute première station au GNC sur le site de la Sotra à Yopougon (Abidjan). Selon le communiqué de presse produit à cet effet, la station « permettra la circulation d’une nouvelle gamme de bus au gaz naturel comprimé. Une fois entièrement opérationnelle, la station aura une capacité de compression de 1.360 m3/h. Elle se divisera en deux unités, chacune d’elles équipées de deux systèmes de distribution permettant l’avitaillement simultané de quatre bus ».

La station au GNC d’Abidjan sera conjointement réalisée par les entreprises Engie, spécialisée dans les activités de génies énergétiques et Tractebel, l’une des sociétés de conseil en ingénierie les plus importantes du monde. Toutes deux bénéficient d’une expertise avérée dans « la conception d’infrastructures de distribution de carburants alternatifs pour les solutions de mobilité verte ». La société IVECO se chargera quant à elle de fournir à la Sotra 50 bus qui circuleront au GNC dans le cadre de l’accord conclu entre les deux groupes. Leurs niveaux d’émission de particules seront quasi nuls et leurs émissions d’oxyde d’azote seront réduites de 60%. De l’avis d’experts, les véhicules fonctionnant grâce à ce système rejettent moins de CO2 que celles roulant à l’essence, soit 30% de réduction.

Atouts économiques

L’initiative ivoirienne intéresse plusieurs autres nations africaines comme le Bénin, le Cameroun, le Ghana ou encore le Togo qui souhaitent elles aussi adopter des technologies plus propres, en mettant en œuvre des projets similaires sur leurs territoires respectifs.

Dans le cadre des énergies renouvelables, le GNC est en effet l’un des carburants les plus sollicités pour la circulation des véhicules. En plus de permettre son stockage en phase gazeuse à une température ambiante, ce gaz naturel présente l’avantage d’être plus léger que l’air. Sur le plan économique, le gaz naturel pour voiture coûte entre 10 et 12% moins cher que le diesel et 30% moins cher que l’essence.

La technologie n’est pourtant pas nouvelle puisque les premiers véhicules au GNC ont commencé à être développés au 19ème siècle en France. Face aux défis climatiques, pratiquement toutes les marques automobiles proposent à présent des voitures de ce type.

Par Joseph Samuel Zoé